Dans le magnifique tarot terra volatile que j’ai acheté à Berlin, la force se décline en 2 cartes (attention meilleur accent anglais coming) : Strength et Fortitude, aka Force, celle qu’on connait bien, et courage. Si on imagine souvent la force comme étant un attribut, une qualité physique, son pendant mental serait effectivement le courage à mon sens.

Dans les deux cas, on retrouve un lion, en bien mauvaise posture face à un.e humain.e, ce qui, à part dans les cirques, est loin d’arriver souvent. Je m’suis pour de vrai posé la question si le personnage de la force était un.e dresseureuse de lions dans la vie (et pourquoi pas ?). Et si c’est le cas, je crois bien que sa plus grande qualité c’est d’avoir des guts pour entrer dans la cage tous les jours de sa vie.

Tu l’auras compris, on va parler aujourd’hui de courage, en s’accompagnant des énergies de la 8ème lame du tarot.

Comme je me base sur le système de tarot Rider-Waite-Smith, chez moi la force porte le numéro 8. Si tu t’es déjà demandé pourquoi parfois elle est en 8 et parfois en 11, pose tes ptites fesses, je vais t’expliquer tout vite !

Dans le traditionnel tarot de Marseille, on trouve la force en 11, et du coup la Justice en 8. Pour les créateurs du TDM, ça fait sens de mettre la justice en 8 puisque, 8 est un chiffre équilibré et parfait, tout comme la justice. (Soit dit en passant, 11 est aussi un chiffre équilibré, mais soit)

Dans le Rider-Waite-Smith tarot, les occultistes ont rapproché le tarot avec les lettres hébraïques et le zodiaque, ce qui fait que, comme la 8ème lettre hébraïque Teth est associée au signe du zodiaque du Lion on retrouve la force en 8 puisque l’animal présent sur la lame de la force est, guess what, un lion, bah oui.

Si tu veux en savoir plus sur cette inversion polémique, Emmanuelle Iger a fait un chouette article pour expliquer tout ça et quel sens est le plus logique selon elle (et jsuis tout à fait d’accord avec sa théorie). Je te mets un lien dans la description de cet épisode.

Alors voilà, cette force qui arrive après notre chariot n’est pas là par hasard. Parce qu’une fois qu’on a exposé ses ambitions avec sieur Chariot, il est bon de prendre son courage à deux mains pour les réaliser.

Prendre son courage à deux mains. J’aime bien cette expression parce qu’elle donne une dimension physique au courage, comme si c’était quelque chose d’assez lourd pour que tu utilises tes deux mains pour t’en servir. Genre, lâcher tout pour attraper son courage, comme si c’était un gros carton bien lourd plein de… Plein de quoi d’ailleurs ?

Tu savais que depuis l’antiquité et dans la plupart des civilisations, le courage est considéré comme l’une des quatre vertus cardinales, les trois autres étant la prudence, la tempérance et la justice (oh tiens, elle me disent quelque chose les 2 dernières !). Si le tarot a pioché dans ces vertus, c’est pas par hasard, puisqu’elles visent à faire preuve d’excellence morale dans nos vies. Et c’est une part relativement importante du chemin sur lequel nous emmènent les arcanes majeurs.

Dans son TedX sur l’éducation, Angela Duckworth raconte que selon elle, le courage c’est de vivre comme si la vie était un marathon, et pas un sprint. C’est vrai que sans conséquences, sans enjeux, sans regard des autres ou sans lendemain, pas vraiment besoin de courage finalement. On peut faire les choses comme ça, sans se poser de questions.

Je crois intimement que la notion de courage n’existerait pas sans son pendant négatif : la peur. Et vous le dites tout autant que moi d’ailleurs ! Cette peur qui nous colle au cul au quotidien. Elle vient des conséquences, des enjeux, du regard des autres ou même de l’inconnu du lendemain.

Parce que finalement, dans quelles actions on a besoin de courage ? Demander à Roger s’il veut bien sortir avec toi (regard des autres) ? Monter ta boîte de conception de cuillères à moutarde (peur de l’échec) ? Ouais, mais on est sur du quotidien un peu, des questionnements à mon sens assez simples de la vie.

Accessoire indispensable aux héros, le courage revêt une dimension supplémentaire lorsqu’il est associé à la justice. On est d’accord que les héros, dans les films, les livres, ils oeuvrent courageusement pour le bien et la justice.

Du coup, si on fait une sorte d’équation (je sais pas pourquoi je fais ça, j’aime pas les maths) où on aurait courage = justice x motivation (et on a dit que le moteur du courage était bien souvent la peur), on se retrouve avec des personnes qui ont le courage de faire la justice pour péter la gueule aux méchants qui font peur, n’est-ce pas ?

Dit comme ça, (et c’est peut-être parce que je suis en train de lire un bouquin sur l’écoféminisme en ce moment) ça me fait penser aux combats contre les oppressions des populations et de la planète (parce que pour moi, l’un ne va pas sans l’autre, mais c’est un autre débat). Bah ouais, péter la gueule aux méchants qui font peur pour faire justice, c’est carrément ça l’idée.

En fait, je crois que c’est ce qu’il y a de plus courageux de nos jours c’est de se lever, et d’aller à contre-courant de ce qui se passe autour de nous, pas juste pour le plaisir d’aller à contre-courant hein, mais pour combattre ce qui nous tue (ceux qui nous tuent ?). J’ai jamais dit que c’était facile, but hey, c’est là qu’il te sert le courage !

J’avais commencé à te parler luttes sociales, et notamment de féminisme, avec l’impératrice, mais là, on prend une toute autre dimension. C’est vrai quoi, si c’est pas la plus féministe des lames du tarot, je sais pas laquelle c’est ! On a quand même une meuf qui ferme à mains nues la gueule d’un lion ! Si c’est pas une incroyable métaphore ça ?! Et pourtant, elle le fait de façon pleine de tendresse et en toute sérénité. Comme si cette action pouvait apaiser les deux, et contribuer au développement des deux personnages.

Attention, je parle de féminisme parce c’est ce qui me parle hein, mais rien n’est figé dans le tarot, et dans la force tu peux voir les combats qui te touchent le plus !

Une main de fer dans un gant de velours. C’est ça l’expression qui se rapporte le plus à La Force finalement. Elle me laisse croire que l’on peut changer, tout changer, avec amour et sérénité, évitant ainsi la violence et la haine. A mon avis, c’est pas en utilisant les méthodes qu’on nous impose déjà qu’on pourra faire quoi que ce soit. On a besoin d’une vraie révolution, menée par l’amour de soi et l’amour des autres pour vaincre. (putain ça fait niais dit comme ça).

J’ai envie de terminer cet épisode par une question simple et pourtant si abstraite : c’est quand la dernière fois où tu as fait preuve de courage ? J’veux dire de vrai courage ?!

Si tu as des questions ou des choses à dire à propos du sujet on ne peut plus houleux du jour, n’hésite pas à m’envoyer un petit mail, message, vocal ou ce que tu veux, je serais ravie d’en discuter avec toi.