L’Ermite est une lame qu’on a largement vu sortir dans nos tirages depuis les 2 dernières années. Confinements et consorts ont fait de nous des bêtes solitaires vivant parfois en ermites chez nous. Et si c’était pas une si mauvaise nouvelle ?

Parce qu’à force d’être des êtres sociaux, on s’en perd un peu. Je sais pas toi, mais perso, j’ai eu une période dans ma vie où je voyais beaucoup de monde, je sortais souvent, et j’étais rarement seule. Pourtant, c’était pas les meilleurs moments de ma vie. Je n’étais pas moi-même et je me conformais à ce qu’attendait la société de moi. Et puis, quand j’ai enfin pris le temps d’être vraiment seule avec moi-même, je me suis découverte, et je suis devenue celle que j’ai toujours aspiré d’être.

Tu l’auras compris, dans cet épisode de tarot Bistrot, on va parler de solitude, accompagné par l’Ermite (cette phrase fait chelou du coup…) !

Dans l’épisode 0 de ce podcast, je te racontais mon enfance solitaire de gamine qui a passé une classe et perdu toutes ses copines avec ça. J’ai donc vécu la plus grosse partie de ma construction d’enfant seule, et à aucun moment j’ai détesté ça. Probablement que mon signe du Verseau y est pour quelque chose puisque je ne me suis jamais ennuyée une seconde de ma vie seule à la maison. Ou probablement que j’avais si peur de la solitude que mon cerveau était toujours en marche pour ne pas que je m’ennuie ou que j’y songe. Qui sait ?

Mais voilà, quand il a fallu se confiner il y a quelques années, je l’ai vécu comme une sorte de parenthèse, de libération de ne pas avoir à me confronter à la société pour une fois. L’époux et moi (oui, j’ai arrêté de dire l’amoureux pour pas qu’on le confonde avec la lame éponyme) on était tous les deux au chômage, en train de monter nos projets respectifs, du coup on a pas connu de grand changement à notre vie, si ce n’est de pouvoir vivre à notre rythme d’Ermites.

On dirait probablement pas comme ça, mais je suis une être profondément introvertie, ce qui veut dire que je me recharge en étant seule. Attention, ça ne signifie pas que je suis timide (au contraire) ou asociale (quoique parfois…) mais plutôt que j’ai un seuil de sociabilité à ne pas dépasser pour continuer de fonctionner correctement. Et pour cette raison, on me regarde bizarrement, un peu comme une bête de foire.

Bah ouais, l’humain.e est un.e être social.e, et même si je sais pas bien si cette sociabilité est forcée ou naturelle, on regarde d’un oeil étrange les personnes qui ne le sont pas tout à fait.

J’avoue que j’ai eu vachement de mal à écrire cet épisode de podcast parce que pour moi la solitude c’est tellement naturel et agréable que je savais pas vraiment quoi dire dessus ! Ça n’a tellement jamais été douloureux pour moi que parfois je vire même l’époux de la maison pour profiter de ma soirée seule. Je rêve de partir en vacances absolument seule pour vivre à mon rythme et faire ce que j’ai envie à chaque instant. Mais surtout, pour passer du temps avec la seule personne que je devrais supporter toute ma vie : moi.

C’est donc bien ça le sujet de la solitude : se retrouver avec soi-même. Si pour certain.e.s c’est party of one, pour d’autres, c’est un film d’horreur de se retrouver home alone.

Et pourtant, c’est bien une escale essentielle pour se construire soi-même, indépendamment des autres. Parce qu’après avoir passé les étapes précédentes avec les diverses lames du tarot qu’on a déjà vu, il est carrément bon de prendre du recul pour se poser un peu. Et en vrai, prendre du recul avec 10 personnes autour de soi, c’est pas ce qu’il y a de plus facile.

Mais alors, il nous dit quoi finalement cet Ermite ?

Quand j’étais gamine, dans mon village de la Marne, y’avait une légende qui disait qu’un Ermite vivait reclus dans la petite forêt des Varennes derrière chez moi. Je sais pas si les autres gosses disaient ça pour me faire peur, mais ça ne marchait pas. Et si mes parents ne m’avaient pas interdit d’aller dans ce bois (parce qu’il y avait des renards, rats, ragondins et consorts), je serais probablement partie à sa recherche pour lui poser tout un tas de questions.

La vision globale que je me suis toujours fait d’un Ermite, c’était quelqu’un qui avait décidé de vivre en marge de la société sciemment, pour telle ou telle raison. Et dans ma tête de petite fille, j’imaginais souvent un sage, hurluberlu, un ancien scientifique comme McCrockett dans Gravity Falls, qui aurait perdu la tête après une expérience ratée, ou bien qui aurait renié le capitalisme. Dans les faits, on est pas souvent dans ces cas-là…

Mais alors, c’est qui les Ermites de notre époque finalement ? Des otakus qui ne sortent que pour faire leurs courses (et encore) ? Des freelances débordés qui n’ont de contacts avec le monde que par mail ? Des globe-trotters sac à dos qui parcourent le monde en solo sans se retourner ? Des retraités solitaires qui vivent reclus dans leur campagne désertées par les populations ?

Si j’ai une grande tendance à valoriser la solitude, parce que je l’aime, c’est toujours hyper compliqué pour moi de comprendre qu’elle peut être un véritable calvaire pour certain.e.s. Genre j’ai admis l’info, mais je comprends pas, c’est hors de portée pour moi. Et d’ailleurs quand on me demande comment je fait pour kiffer être seule, bah je sais pas vraiment quoi répondre parce que, je te le disais plus tôt, c’est naturel chez moi.

Un peu comme notre Ermite finalement. Quelle que soit la raison pour laquelle il s’est reclus, il est satisfait de sa décision, parce qu’il a choisi cet état plutôt qu’un autre. Il trouve son équilibre dans sa solitude. Keanu Reeves a dit une fois « Quelqu’un m’a dit l’autre jour qu’il se sentait mal pour les personnes célibataires parce qu’elles sont seules tout le temps. Je lui ai répondu que c’est faux, je suis Célibataire et je ne me sens pas seul. Je m’emmène dîner à l’extérieur, je m’achète des fringues. Je passe de bons moments avec moi-même. Quand tu sais comment prendre soin de toi, la compagnie devient une option et plus une nécessité. »

Et si c’était ça la leçon de l’Ermite ? De savoir prendre soin de soi pour ne plus avoir à dépendre des autres. Ça me rappelle de nombreuses consultations sur l’amour, lors desquelles des client.e.s qui cherchaient absolument à être avec quelqu’un.e sortaient des cartes de selfcare et de solitude.

Apprendre à s’occuper de soi avant de s’occuper des autres. Trouver sa lumière intérieure pour plus tard, accompagné du soleil par exemple, briller à fond pour les autres…

C’est un peu comme en secourisme quand on te dit de te mettre hors de danger pour aider les autres après. Ou bien dans l’avion, où tu commences par mettre ton masque avant d’aider les autres…

C’est bien tout ça, mais concrètement, comment On gère le truc ? Hé bah j’ai envie de puiser dans la sagesse de l’Ermite pour te donner 5 potits conseils de rien du tout pour kiffer la solitude !

Apprends à l’apprécier, un pas après l’autre, en te prévoyant des petits temps absolument seul.e. Commence par 1h en promenade seul.e ou bien à la maison mais sans distraction. Puis après tu peux aller te boire un café seul.e dans un joli salon de thé ou même te faire un resto en tête à tête avec toi-même !

  1. Quand tu es seul.e et que c’est lourd, fais des activités créatives ou sportives. Le temps passe toujours plus vite quand on est occupé.e, alors n’hésite pas à te mettre à la peinture, au crochet ou bien au yoga ! Ça occupe ton corps et ton esprit et tu risques de devenir vite addict à ces moments pour toi. Prendre du temps seul.e permet de trouver et de développer ses passions, donc prendre du temps pour soi rend heureu.x.se finalement !
  2. Ritualiser ta solitude. En préparant une tisane que tu aimes, en mettant ta playlist préférée, en allumant une bougie ou même en tirant une carte oracle qui te donne un doux message, tous les moyens sont bons pour faire un rituel de ta solitude et l’apprécier comme il se doit.
  3. Être dans l’instant présent permet d’aider à kiffer la solitude, parce que si tu vis dans le passé ou le futur, tu ressors full peur et angoisses ! Alors qu’en étant dans le moment, le cerveau ne se met pas en marche pour venir t’emmerder et te casser ton groove ! Tu peux donc, par exemple, noter tout ce qui te turlupine dans un carnet et le refermer avant de prendre un moment pour toi.
  4. Si tu es de la team emploi du temps au cordeau, peut-être qu’il serait chouette d’ajouter un peu de spontanéité dans ces moments de solitude. Par exemple, tu sais que tu vas devoir passer un weekend all by yourself, prépare ton sac à dos le vendredi soir et laisse-toi porter au gré du vent jusqu’au dimanche !

Et puis si c’est encore difficile après, tu peux toujours t’engager auprès de personnes qui sont aussi seules pour aller passer du temps avec elles. Je pense par exemple à des personnes âgées ou en situation de handicap qui vivent chez elles et n’ont pas souvent de visite, et qui apprécieraient grandement un peu de compagnie. Ça coûte rien et ça mange pas de pain.

Que la solitude soit ton amie ou bien que tu la détestes, n’hésite pas à m’envoyer un petit mail, message, vocal ou ce que tu veux, je serais ravie d’en discuter avec toi.